Sons of Perdition — Paroles et traduction des paroles de la chanson The Serpent

La page contient les paroles et la traduction française de la chanson « The Serpent » de Sons of Perdition.

Paroles

After breaking my chains and the skull of a man
I made like a rabbit and ran
I washed up in the fang of Nevada
Where I went on the lam
The sky was a mirror, the sand was a blade
I found work in an orchard way down in a glade
A great ouroboros burns in the sky
An eye
Lidless and bloodless and cold
And as above, so below
Life begets death begets life in an endless tableau
From the villages and farms and rez came the men
Dirty and poor and thin
I shed past like skin and I left it out west
I washed off my sins
I reached for an apple and suffered a bite
My senses consumed by the roar and the light
A great ouroboros burns in the sky
An eye
Lidless and bloodless and cold
And as above, so below
Life begets death begets life in an endless tableau
The serpent vanished in the shadows for good
I fell where I stood
A Hualapai spoke of a man named Coyote
A trickster in the woods
The others tried to quiet him, but seeing no choice
They drug me from camp singing in a low voice

Traduction des paroles

Après avoir brisé mes chaînes et le crâne d'un homme
J'ai fait comme un lapin et j'ai couru
Je me suis échoué dans le cRoc du Nevada
Où je suis allé en cavale
Le ciel était un miroir, le sable était une lame
J'ai trouvé du travail dans un verger dans une clairière
Un grand Ouroboros brûle dans le ciel
Oeil
Sans couvercle et sans effusion de sang et froid
Et comme ci-dessus, ci-dessous
La vie engendre la mort engendre la vie dans un tableau sans fin
Des villages et des fermes et de rez vinrent les hommes
Sale et pauvre et mince
J'ai perdu le passé comme de la peau et je l'ai laissé à l'Ouest
J'ai lavé mes péchés
J'ai atteint une pomme et j'ai souffert d'une morsure
Mes sens consumés par le rugissement et la lumière
Un grand Ouroboros brûle dans le ciel
Oeil
Sans couvercle et sans effusion de sang et froid
Et comme ci-dessus, ci-dessous
La vie engendre la mort engendre la vie dans un tableau sans fin
Le serpent a disparu dans l'ombre pour de bon
Je suis tombé où je me tenais
Un Hualapai a parlé d'un homme nommé Coyote
Un filou dans les bois
Les autres ont essayé de le calmer, mais ne voyant pas le choix
Ils me droguent du camp en chantant à voix basse