Sons of Perdition — Paroles et traduction des paroles de la chanson Paying My Debts

La page contient les paroles et la traduction française de la chanson « Paying My Debts » de Sons of Perdition.

Paroles

Well, I was cast out of Sacto
And driven out east
In my darkest hour, turned to crime
I was sentanced to jail
Where I was beaten and starved
I was murdered time after time after time
Treat a man like a dog
And that’s what he’ll become
He’ll grovel today
But soon his time will come
A man can be pushed
Made to endure all pain
But one day, like a noose
He’ll reach his breaking strain
An act of defense
Or defiance or rage
I savagely beat my cellmate
So they shackled my legs
And through me in a gang
To clear an old graveyard
And work off my hate
I felt like beast
Running hurt, blind, and bleeding
Knowing somewhere a cliff is ahead
The bossman would watch
From the shade of a tree
And drive me till I was near dead
The boss licked his chops
And said, «Son, learn your place»
«Or I’ll throw your bones down in the hole.»
Like a pot boiling over
And snuffing out its fire
My rage burned as black as a coal
I’m no bossman’s dog
My back won’t stoop far
My home’s not in heaven
I don’t run from war
They say a man can be pushed
But when there’s nothing left at stake
Sooner or later, he’ll break
My eyes filled with blood
So I picked up a bone
And I cleaved his fat head clean in two
He fell into the dust
As I spat on his face
«Brother, the same goes for you.»

Traduction des paroles

Eh bien, j'ai été jeté hors de Sacto
Et chassés-orient
Dans mon heure la plus sombre, tourné vers le crime
J'ai été sentanced prison
Où j'ai été battu et affamé
J'ai été assassiné maintes et maintes fois
Traiter un homme comme un chien
Et c'est ce qu'il va devenir
Il va ramper aujourd'hui
Mais bientôt son temps viendra
Un homme peut être poussé
Fait pour supporter toute douleur
Mais un jour, comme un nœud coulant
Il atteindra sa tension de rupture
Un acte de défense
Ou de défi ou de rage
Je battais sauvagement mon compagnon de cellule
Alors ils m'ont enchaîné les jambes
Et à travers moi dans un gang
Pour nettoyer un vieux cimetière
Et travailler sur ma haine
Je me sentais comme bête
Courir blessé, aveugle et saignement
Sachant quelque part une falaise est en avance
Le bossman regarder
De l'ombre d'un arbre
Et me conduire jusqu'à ce que j'étais presque mort
Le patron léché ses côtelettes
Et il a dit: "Fils, apprends ta place»
"Ou je jette tes os dans le trou.»
Comme un pot bouillant
Et la volonté d'étouffer le feu
Ma rage brûlait aussi noire qu'un charbon
Je ne suis pas le chien du patron
Mon dos ne s'abaissera pas loin
Ma maison n'est pas dans le ciel
Je ne fuis pas la guerre
Ils disent qu'un homme peut être poussé
Mais quand il n'y a plus rien en jeu
Tôt ou tard, il va casser
Mes yeux remplis de sang
Alors j'ai pris un os
Et j'ai coupé sa grosse tête en deux
Il est tombé dans la poussière
Comme je lui ai craché sur le visage
"Frère, il en va de même pour toi.»