Primordial — Paroles et traduction des paroles de la chanson The Coffin Ships

La page contient les paroles et la traduction française de la chanson « The Coffin Ships » de Primordial.

Paroles

Our young hearts are born with grief
And we have paid the penalty of truth
A season, of our stolen youth
Shall teach old hearts to break
It feels like I’ve been here before
Here, where the animals lay down to die
So we stand, alone on a distant store
Our broken spirits in rags and tatters
Our broken spirits and rags in tatters
With knot and muscle and heart and brain
They are lost to Ireland, they are lost in vain
So you pause, and you can, almost hear
The sounds, they echo down through the ages
The creak, of the burial cart
Hear the humiliation and sorrow
Mouth fixed with indignation
So one is driven to enslave
Oh god, that bread should be so dear
And human flesh so cheap
Our young hearts are born with such grief
And we have paid the penalty of truth
The season, of our stolen youth
Shall teach old hearts to break
It feels like I’ve been here before
Here, where the animals lay down to die
So we stood, alone on a distant shore
Broken spirits, in rags and tatters
Our broken spirits and rags in tatters

Traduction des paroles

Nos jeunes cœurs naissent de chagrin
Et nous avons payé la peine de la vérité
Une saison, de notre jeunesse volée
Enseignera Vieux coeurs à briser
Il se sent comme j'ai été ici avant
Ici, où les animaux se couchent pour mourir
Nous sommes donc, seuls sur un magasin lointain
Nos esprits brisés en haillons et en lambeaux
Nos esprits brisés et chiffons en lambeaux
Avec noeud et muscle et coeur et cerveau
Ils sont perdus contre L'Irlande, ils sont perdus en vain
Si vous faites une pause, et vous pouvez presque entendre
Les sons, ils résonnent à travers les âges
Le grincement, de la charrette funéraire
Entendre l'humiliation et le chagrin
Bouche fixée avec indignation
Donc on est conduit à l'esclavage
Oh mon Dieu, ce pain devrait être si cher
Et la chair humaine si bon marché
Nos jeunes cœurs naissent avec un tel chagrin
Et nous avons payé la peine de la vérité
La saison, de notre jeunesse volée
Enseignera Vieux coeurs à briser
Il se sent comme j'ai été ici avant
Ici, où les animaux se couchent pour mourir
Nous nous sommes donc tenus, seuls sur une rive lointaine
Esprits brisés, en haillons et en lambeaux
Nos esprits brisés et chiffons en lambeaux