Primordial — Paroles et traduction des paroles de la chanson Bloodied yet Unbowed

La page contient les paroles et la traduction française de la chanson « Bloodied yet Unbowed » de Primordial.

Paroles

I’ve told you once I’ve told you a thousand times
No regrets and no remorse
No 4 am whiskey soaked wisdom or bloody
knuckled politics
Do I regret and not a single moment will I ever
repent
You may say I have lost to a better man
This may be true I cannot protest or lie
Yet maybe one who did not dare to be wrong or even to be right
To those who did not dare to sing out of tune
Or sing a different song
To march to the beat of a different drum and speak
the truths others fear
Just give me one thing to live or die for
So here’s to comrades near and far
Who’ve raised a glass raised your voices
Years have passed some would say
They have not been kind
Yet these are the scars of war
And we remain yet we stand
Bloodied yet unbowed
What is the standart with which I bear
What flag do we fly when marching to war
Only a nation that dare not speak its name
Nor can ever shed its pain
So here’s to comrades near and far
Raised a glass, raised hell
Years have passed closer to the grave
But this is the song we chose to sing
To the bitter end, to the end

Traduction des paroles

Je vous ai dit une fois que je vous ai dit mille fois
Pas de regrets et pas de remords
Non 4 am whisky imbibé de sagesse ou sanglante
jointures de la politique
Est ce que je regrette et pas un seul moment vais je jamais
repentir
Vous pouvez dire que j'ai perdu face à un homme meilleur
C'est peut être vrai Je ne peux ni protester ni mentir
Pourtant peut être celui qui n'a pas osé se tromper ou même avoir raison
Pour ceux qui n'osaient pas chanter hors de l'air
Ou chanter une autre Chanson
Marcher au rythme d'un tambour différent et parler
les vérités d'autres craignent
Donne moi juste une chose pour vivre ou mourir
Alors voici les camarades de près et de loin
Qui a levé un verre a levé la voix
Les années ont passé diront certains
Ils n'ont pas été gentils
Pourtant, ce sont les cicatrices de la guerre
Et nous restons pourtant nous tenons
Ensanglantée mais non arrosée
Quel est le standart avec lequel je porte
Quel drapeau volons nous en marchant vers la guerre
Seule une nation qui n'ose pas prononcer son nom
Ni ne peut jamais perdre sa douleur
Alors voici les camarades de près et de loin
Levé un verre, soulevé l'enfer
Les années ont passé plus près de la tombe
Mais c'est la chanson que nous avons choisi de chanter
À la fin amère, à la fin