Emperor — Paroles et traduction des paroles de la chanson Into the Infinity of Thoughts

La page contient les paroles et la traduction française de la chanson « Into the Infinity of Thoughts » de Emperor.

Paroles

As the Darkness creeps over the Northern mountains of Norway
and the silence reach the woods, I awake and rise…
Into the night I wander, like many nights before,
and like in my dreams, but centuries ago.
Under the Moon, under the trees.
Into the Infinity of Darkness,
beyond the light of a new day,
into the frozen nature chilly,
beyond the warmth of the dying Sun.
Hear the whispering of the wind,
the Shadows calling…
I gaze into the Moon which grants me visions
these twelve full Moon nights of the year,
and for each night the light of the holy disciples fades away.
Weaker and weaker, one by one.
Weaker and weaker, one by one.
I gaze into the Moon which makes my mind pure as crystal lakes,
my eyes cold as the darkest winter nights, by yet there is a flame inside.
It guides me into the dark shadows beyond this world,
into the infinity of thoughts… thoughts of upcoming reality.
In the name of the almighty Emperor I will ride the Lands in pride,
carrying the Blacksword at hand, in warfare.
I will grind my hatred upon the loved ones.
Despair will be brought upon
the hoping children of happiness.
Wherever there is joy the hordes of the eclipse
will pollute sadness, sadness and hate
under the reign if fear.
The lands will grow black.
There is no Sunrise yet to come
into the wastelands of phantoms lost.
The lands will grow black.
There is no Sunrise yet to come.
May these moments under the Moon be eternal.
May the infinity haunt me… In Darkness.

Traduction des paroles

Comme l'obscurité se glisse sur les montagnes du Nord de la Norvège
et le silence atteint les bois, je me réveille et je me lève…
Dans la nuit, je me promène, comme beaucoup de nuits avant,
et comme dans mes rêves, mais il y a des siècles.
Sous la Lune, sous les arbres.
Dans l'Infini de l'Obscurité,
au-delà de la lumière d'un jour nouveau,
dans la nature gelée frisquet,
au-delà de la chaleur du Soleil mourant.
Entendre le murmure du vent,
l'Ombre d'appel…
Je regarde la Lune qui me donne des visions
ces douze nuits de pleine Lune de l'année,
et pour chaque nuit, la lumière des saints disciples s'estompe.
Plus faible et plus faible, un par un.
Plus faible et plus faible, un par un.
Je regarde la Lune ce qui rend mon esprit pur comme des lacs de cristal,
mes yeux froids comme les nuits d'hiver les plus sombres, par pourtant il y a une flamme à l'intérieur.
Il me guide dans les ombres sombres au delà de ce monde,
dans l'infinité de pensées ... pensées de la réalité à venir.
Au nom de L'Empereur Tout Puissant je chevaucherai les terres avec fierté,
porter L'Épée Noire à portée de main, dans la guerre.
Je vais moudre ma haine sur les êtres chers.
Le désespoir sera amené sur
les enfants qui espèrent le bonheur.
Partout où il y a de la joie les hordes de l'éclipse
va polluer la tristesse, la tristesse et la haine
sous le règne si peur.
Les terres deviendront noires.
Il N'y a pas encore de lever de soleil à venir
dans les friches des fantômes perdus.
Les terres deviendront noires.
Il n'y a pas encore de lever de soleil à venir.
Que ces moments sous la Lune soient éternels.
Que l'infini me hante ... dans les ténèbres.