Arsen Dedic — Paroles et traduction des paroles de la chanson Ti Se Smiješ

La page contient les paroles et la traduction française de la chanson « Ti Se Smiješ » de Arsen Dedic.

Paroles

Ti se smiješsvemu što ti kažem,
Svemu što je ostalo u nama,
Jednog dana živjeti ćešsama —
Ti se smiješi mislišda lažem.
Ti se smiješi kada te ljubim
I govorim: «Našće biti svijet.»;
I kada te imam ili gubim
Ko što boju gubi mrtav cvijet.
Tvoje ruke oko moga vrata
Posljednje je što mi možešdati,
Ponavljam ti, slušaj, vjeruj, shvati
Da je pjesma vrednija od zlata.
Ne vole nas, kažu da smo ludi,
Naša radost uvijek nekog smeta,
Pred nama su nepoznati ljudi,
Otići ću s tobom na kraj svijeta.
Nemam znanca, brata niti druga,
Svuda prođem dalji i od sjene,
Uvijek protiv, uvijek izvan kruga,
Cijele vojske većidu na mene.
Ja ne živim kako drugi hoće,
Mirno, tiho, od danas do sutra,
Ludo teku noći nam i jutra,
Mi beremo zabranjeno voće.
Ti se smiješsvemu što je naše,
Što je bilo ili tek će biti,
Pored tebe znam da moram piti
Gorak otrov iz prepune čaše.
Ti se smijes kao da se čudiš
Ovoj igri koja vječno traje,
Više ima koji više daje,
Umorna si, uzalud se budiš.
I odjednom ničeg više nema,
Ostale su prazne staze grada,
Jasno vidim sve što nam se sprema,
Pad i poraz, i kišu što pada.
A ti šutiš, možda nešto kriješ,
Istina se nikad neće znati,
Daleko si, ne mogu te zvati,
Ti se smiješ, ti se smiješ, smiješ.
Ti se smiješ, ti se smiješ
Ti se smiješ

Traduction des paroles

De vous moquer de moi.,
Tout ce qui reste en nous,
Un jour tu vivras —
Tu souris en pensant que je Mens.
Tu souris quand je t'aime
Et je dis: "ce sera le monde.»;
Et quand je t'ai ou que je te perds
Quelle couleur perd une fleur morte.
Tes mains autour de mon cou
La Dernière chose que tu peux me donner,
Je répète, écoute, crois-moi, comprends.
Que la chanson vaut mieux que l'or.
Ils ne nous aiment pas, ils disent que nous sommes fous,
Notre joie dérange toujours quelqu'un,
Devant nous des inconnus,
Je vais au bout du monde avec toi.
Je n'ai pas de connaissances, pas de frère, pas d'autres,
Je vais de plus en plus loin de l'ombre.,
Toujours contre, toujours en dehors du cercle,
Des armées entières sont déjà sur moi.
Je ne vis pas comme les autres veulent,
Calme, calme, d'aujourd'hui à demain,
Le flux fou de la nuit nous et le matin,
Nous prenons le fruit défendu.
Tu RIS de ce que notre,
Ce qui a été ou sera,
À côté de toi, je sais que je dois boire
Le poison amer d'une tasse débordante.
Tu RIS comme si tu étais surpris
Ce jeu qui dure pour toujours,
Plus manger, ce qui donne plus,
Tu es fatiguée, tu te réveilles en vain.
Et soudain, il ne reste plus rien.,
Il reste des sentiers vides de la ville,
Je vois clairement tout ce qui nous sauve,
La chute et la défaite, et la pluie tombe.
Et tu te tais, peut-être que tu caches quelque chose,
La vérité ne saura jamais,
Tu es loin, je ne peux pas t'appeler.,
Tu RIS, tu RIS, tu RIS
Tu RIS, tu RIS
Tu RIS